d-ormesson_5320669 bis

 

Jean d’Ormesson, parfois surnommé Jean d’O, né le 16 juin 1925 à Paris et mort le 5 décembre 2017 à Neuilly sur Seine,
était un écrivain journaliste et philosophe français.

Membre de la famille d’Ormesson, une des familles subsistantes de la noblesse française,
propriétaire du château d’Ormesson dans le Val-de-Marne.

Il descend par sa mère de la famille Lepeletier de Saint-Fargeau, propriétaire du château Saint Fargeau dans l’Yonne.

Il se voit dispenser un enseignement privilégié et passe notamment par l’Ecole normale supérieure.

Il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages, allant de grandes fresques historiques imaginaires :
( La gloire de l’Empire, 1971) aux essais philosophiques dans lesquels il partage ses réflexions sur la vie,
la mort ou l’existence de Dieu (Je dirai malgré tout que cette vie fut belle, 2016).

Il est élu à l’Académie française en 1973.
De 1974 à 1977, il est également le directeur général du Figaro.

Considéré pendant plus de quarante ans comme l’ambassadeur médiatique de l’Académie française,
il est très présent dans des émissions télévisées littéraires ou plus généralistes où il est
régulièrement invité pour son érudition et son art de la conversation.

(Source Wikipédia).

 Chacun connait les expressions :  » Myope comme une taupe « ,  » rusé comme un renard « .

Une perle de Jean d’Ormesson.

Que vous soyez fier comme un coq, fort comme un bœuf, têtu comme un âne, malin comme un singe ou
simplement un chaud lapin, vous êtes tous, un jour ou l’autre devenu chèvre pour une caille
aux yeux de biche.

Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon
et là,……. pas un chat ! Vous faites le pied de grue vous demandant si cette bécasse
vous a réellement posé un lapin.

Il y a anguille sous roche et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard,
la tête de linotte avec qui vous êtes copain cochon, vous l’a certifié :
cette poule a du chien, une vraie panthère !
C’est sûr, vous serez un crapaud mort d’amour.

Mais tout de même, elle vous traite comme un chien.

Vous êtes prêt à gueuler comme un putois quand finalement la fine mouche arrive.

Bon, vous vous dites que dix minutes de retard,
il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard.

Sauf que la fameuse souris, malgré son cou de cygne et sa crinière de lion
est en fait aussi plate qu’une limande, myope comme une taupe,
elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine.

Une vraie peau de vache, quoi !
Et vous, vous êtes fait comme un rat.

Vous roulez des yeux de merlan frit, vous êtes rouge comme une écrevisse,
mais vous restez muet comme une carpe.

Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du
coq à l’âne et finissez par noyer le poisson.

Vous avez le cafard, l’envie vous prend de pleurer comme un veau
(ou de verser des larmes de crocodile, c’est selon).

Vous finissez par prendre le taureau par les cornes et vous inventer
une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre.

C’est pas que vous êtes une poule mouillée,
vous ne voulez pas être le dindon de la farce.

Vous avez beau être doux comme un agneau sous vos airs d’ours mal léché,
faut pas vous prendre pour un pigeon car vous pourriez devenir
le loup dans la bergerie.

Et puis, ç’aurait servi à quoi de se regarder comme des chiens de faïence.

Après tout, revenons à nos moutons : vous avez maintenant une faim de loup,
l’envie de dormir comme un loir et surtout vous avez d’autres chats à fouetter.

                      Billet d’humour de Jean D’Ormesson

  • 1103020345321195297743811

    UN PEU D’HUMOUR POUR CHASSER LA GRISAILLE

    C’est un couple qui va fêter ses 25 ans de mariage et l’épouse demande à son m…
  • cure-gif-anime

    PETITE HISTOIRE EXCELLENTE !!!!

    Dans une petite ville de province, deux curés se croisent tous les dimanches, à bicyclette…
  • 1103020345321195297743811

    UNE POINTE D’HUMOUR POUR OUBLIER CE MAUVAIS TEMPS !

      Un homme âgé se retrouve sur la table d’opération attendant d’être opéré.   …
  • rire_008

    POUR BIEN COMMENCER LA SEMAINE !

      Dans le compartiment d’un train, un homme porte deux bébés, un dans chaque br…
  • GARDONS LE SOURIRE !!!

      Encore et toujours de la pluie…… gardons tout de même le moral. Une his…
  • RIONS ENSEMBLE !

      Un homme âgé se retrouve sur la table d’opération, attendant d’être opé…
  • FINESSE DE BELLE MAMAN

    Une nouvelle semaine commence, la météo prévoit du soleil, enfin le printemps !!! De mon c…
  • POUR TERMINER LA JOURNEE

             Un homme se trouvait dans le coma depuis un certain temps        et son épouse ét…
  • CE WEEK END, ON SE DETEND

    L’instinct de la belle-mère. Un jeune homme a décidé de se marier, mais avant de fai…
  • 45437993_2221801504520587_3578255176919678976_o

    AVEC TOUTE MON AMITIE

    « L’amitié n’est pas un lien du sang, mais du cœur » Ang…
  • 933dfff3c43b14e592318a1c498601bb

    PÊLE-MÊLE MOTIFS NOËL

          Des broderies simples et rapides à broder.                                          …
  • couronne 6

    NOËL ARRIVE……. VITE UNE BRODERIE

      Prochainement d’autres grilles …
  • 20191026_153355  bis

    LE PARC DU CHÂTEAU DE MONTJEAN

    Où se situe ce parc ???  C’est probablement la question que vous vous posez. Ce parc…
  • CollageMaker_20191023_221255769   ter

    A UNE CHATTE

    A UNE CHATTE Chatte blanche, chatte sans tache, Je te demande, dans ces vers, Quel secret …
  • da6491ac34944f75e803ca936cb7f633  bis

    P’TITE PAUSE DETENTE !!!!

    Ce sont les vacances, le temps est maussade, Détendez-vous, faites une p’tite pause.…
  • 20190921_153437  bis

    LA COLLEGIALE NOTRE DAME-DE-L’ASSOMPTION

    Comme chaque année en septembre ont lieu les journées du Patrimoine. Ces journées permette…
  • 20190820_154302   bis

    LA COLLEGIALE NOTRE-DAME DE L’ASSOMPTION

    La collégiale Notre-Dame de l’Assomption est située à quelques pas d’un méandr…
  • BonnesImages-octobre_001 (1)

    OCTOBRE

      « A l’automne des saisons, ce sont les feuilles qui meurent. A l’…

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’OLIVIER

          L’OLIVIER                         Nous nous sommes aimés de nuit…