Archive de l'auteur

« FASHION FORWARD », TROIS SIECLES DE MODE

Pas plus que la semaine dernière, profitant d’une journée ensoleillée, je me suis rendue au musée des Arts décoratifs.
Ce musée, se situe en plein coeur de Paris, rue de Rivoli, non loin du Louvre.

montage article arts décoratifs.jpg bis

A l’occasion du 30e anniversaire de l’ouverture du musée des Arts de la Mode, fondé en 1986 à l’initiative
de Pierre Bergé et de l’industrie française du textile, avec l’appui de Jack Lang, alors ministre de la Culture,
le musée des Arts décoratifs se devait de rendre hommage à cette aventure collective et à ce grand
« moment de mode » en remettant en lumière ces collections comptant parmi les plus importantes au monde.

photo 22bis

 

       FRAC
       1789-1791

       Toile de coton, boutons de cuivre ciselé.

 

 

  Pour la petite histoire :

      Aux lendemains de la prise de la Bastille,
le 14 juillet 1789, la municipalité de Paris distribue
des cocardes bleu et rouge, couleurs de la ville.

      Le 17 juillet, le général La Fayette remet à 
Louis XVI cette cocarde à laquelle la couleur blanche,
celle du roi a été ajoutée.

     Cet acte symbolise l’union du monarque à sa ville.

     Puis, cocardes et rubans nationaux donnent
naissance à la mode des étoffes teintes de ces
couleurs, comme en témoigne ce frac exceptionnel.

 

 

 

 

 

montage photo 4 et 5

       Habit à la française                 Robe de cour        

        1804-1815                                                         1815-1825

Habit à la française

Habit et culotte en velours de soie frisé à dessin miniature liseré, brodé de soir polychrome au passé.
Gilet en cannelé de soie simpleté et brodé de même.

Robe de cour

Robe en tulle de soie brodé de lame lisse et lame guillochée au point lancé.
Manteau de cour en faille de soir et application de tulle brodé de même.
 

photo 6 bis

 

      Robe
         1854 – 1855

           Organdi de coton imprimé  au rouleau          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 photo 7 bis

       Robe à transformation
1860 – 1869

Taffetas de soie, galon à pampilles en passementerie

 

 photo 11 bis-9 bis

Robe à transformation

1868 -1872

Organdi de coton, ruban en taffetas de soie, dentelle au crochet

Composée de trois parties, cette robe de jour à crinoline projetée vers l’arrière est typique du style de la fin
du Second Empire. Elle peut se transformer, selon le corsage utilisé en robe du soir.

 photo 12 bis

           Robe du soir
Gabrielle
1869

 

           Gaze de Chambéry, ruban de satin de soie

 

 

 

                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo 8 bis
Robe
1870 – 1875
Taffetas de soie

 

Image du Blog mamietitine.centerblog.net                                           Pour la suite…………

GARDONS LE SOURIRE !!!

Image du Blog pastille.centerblog.net

 

Encore et toujours de la pluie…… gardons tout de même le moral.

Une histoire drôle, ça fera oublier quelques instants ce temps à ne pas mettre un chien dehors.

 

Paul était célibataire. Il vivait avec son père et travaillait dans l’entreprise familiale.

Quand il réalisa qu’il allait hériter de la fortune de son père malade,
il décida qu’il devait trouver une femme pour partager sa fortune.

A une soirée d’affaires, il remarqua la plus belle femme qu’il ait jamais vu.

Sa beauté naturelle lui coupa le souffle : il s’approcha d’elle et lui murmura :

- J’ai peut-être l’air d’un homme ordinaire, mais, d’ici quelques semaines,
mon père va mourir et  j’hériterai de 200 millions.

Impressionnée, la femme demanda sa carte de visite et, trois jours plus tard,
elle épousa …….. le père malade !!!!

 852177Sanstitre3

Deux hommes arrivent au Paradis et se mettent à discuter :

 - Comment êtes-vous arrivé ici ?

 - Je suis mort de froid; et vous ?

 - Moi, j’étais persuadé que ma femme me trompait; alors un jour, je suis rentré plus tôt
   à la maison pour la prendre sur le fait.

  J’ai cherché partout et je n’ai rien trouvé.

  Pris de remords et honteux d’avoir douté de ma femme,
  j’ai fait une crise cardiaque.

Alors, l’autre homme rétorque :

 - C’est malin, vous auriez du penser à regarder dans le congélateur, on serait en vie tous les deux !!!!

Image du Blog fr.pickture.com/blogs/mycenes

MAMAN

85614b2f

YAOURT CARAMEL SPECULOOS

Aujourd’hui, je vous propose de transformer un simple yaourt nature en un dessert un peu plus élaboré.

Les rayons « frais » regorgent de desserts de toutes sortes, c’est l’embarras du choix.
Je me pose la question : quel apport en calcium ???
Cette recette a pour base un  yaourt nature, sans arôme, sans gélifiant etc….

Avec peu d’ingrédients supplémentaires et peu de temps, vous allez pouvoir servir non plus un pot « quelconque » mais une jolie verrine qui émoustillera les papilles des petits et grands au risque qu’ils vous en redemandent !!!

verrines de yaourt.jpg bis

Pour 2 personnes :

- 2 yaourts nature
– 2 ou 3 Spéculoos
– 1/2 sachet de sucre vanillé
– 4 cuillères à soupe de caramel.

Tout d’abord, mélangez les yaourts avec le sucre vanillé.
Prendre deux verrines. Y déposer dans le fond 1 cuillère à soupe de caramel, le quart de la préparation au yaourt, la moitié des spéculoos préalablement coupés en petits morceaux, mettre de nouveau un quart de yaourt.
Nappez le tout d’une cuillère de caramel.

Mettre au frais jusqu’au moment de servir.

Savez-vous qu’il est très facile de faire du caramel liquide « maison » qui se conserve sans durcir et qui plus est sans aucun conservateur.

- 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc
- 500 g de sucre en poudre
- 12,5 cl + 20 cl d’eau ou un peu plus, si l’on désire un caramel plus liquide.

Mettez le vinaigre + le sucre + 12,5 cl dans une casserole.
Faites chauffer environ 15 min.
Quand le caramel est bien blond (éviter qu’il brunisse, le caramel serait amer).
Ôtez la casserole du feu et ajoutez très très doucement 20 cl d’eau en vous éloignant le plus possible.
Faites attention aux éclaboussures, ce liquide est bouillant !
Refaites chauffer 1 min à feu vif.

Ce caramel se conserve très bien au réfrigérateur dans un pot bien fermé (genre pot à confiture).
De plus, il ne durcit pas.

bon-appetit.jpg bis

 

 

 

 

MAGNIFIQUE

Magnifque.jpg ter

L’ORIGINE DES CAPSULES DE CHAMPAGNE

Connaissez-vous l’origine des capsules de champagne ????

Sans doute certains la connaisse, d’autres, non

Figurez-vous que moi non plus je n’en connaissais pas l’origine. C’est en parcourant un magazine que j’ai appris
la nécessité de cette capsule.

Ce sera donc mon post du jour.

capsule-de-champagne

La capsule de champagne, cette rondelle métallique installée au sommet de la bouteille de champagne ne remplit pas qu’un rôle d’ordre pratique. Au fil du temps, elle est même devenue un objet de collection.

La capsule de champagne appelée plaque de muselet est la rondelle métallique maintenue par un fil de fer
qui coiffe le bouchon lorsque la bouteille est fermée.

Cette pièce est destinée à protéger le bouchon. Sans elle, le liège serait cisaillé par le fils en métal sous l’effet de la pression des gaz contenus dans la bouteille.

Déchiré, le bouchon ne serait plus parfaitement étanche, compromettant la qualité du vin.

photo 1 bis

Son histoire :

Selon la légende, ce serait Dom Pérignon (1638-1715) qui aurait eu l’idée d’utiliser la capsule de champagne
pour remplacer la cage de protection en chevilles de bois recouverte de chanvre huilé puis de cire.

C’est à peu près à cette époque que devint populaire le bouchon de champagne en liège.

 moet.633 bis

 Les premières capsules dateraient de 1880.

Elles auraient été fabriquées autour de 1880 par Hemart & Lenoir, Taillard et Lemaire.

Le muselet à trois branches -en remplacement de la protection en filet de fer- fut rapidement adopté après
qu’un certain René Lebegue l’ajouta à toutes ses bouteilles de Moët & Chandon.

La maison Pommery prendra la relève pour remplacer le concept à trois branches par une structure à
quatre branches retenant la capsule de champagne.

capsule-de-bouchon-de-champagne-pascal-chretien-981140788_L bis

On verra apparaître les premières plaques de capsule de champagne décorées au début du 20e siècle.

Celle-ci étaient souvent estampillées par marquage. Il faudra attendre la Seconde Guerre mondiale pour que
le muselet et la plaque soient assemblés en un seul élément.

Pour l’embouteilleur, la capsule sert souvent à différencier les cuvées, soit par la couleur ou le motif apparaissant sur la plaque ou par la teinte du fil employé pour le muselage.

Au fil du temps, des techniques d’impression de plus en plus sophistiquées ont permis aux maisons de faire
connaître leur image, une cuvée spéciale, une série ou une collection.

Depuis que cet élément de la bouteille est personnalisé, des connaisseurs collectionnent les capsules de
champagne.

Cette passion est appelée « la placomusophilie« .

Il existerait aujourd’hui environ 40.000 rondelles de métal différentes, dont les plus rares valent
plusieurs milliers d’euros.

 

cropped-bouchon.fr_bis

 

LA PENSEE DU JOUR

103

COUSSIN « CITATIONS »

Il y a déjà quelques temps, j’avais fait l’achat de toile Aïda imprimée. Cette toile offre un fond décoré pour enrichir les broderies. Cette toile « dormait » dans un tiroir…. Je la regardais régulièrement, me demandant ce que j’allais en faire. Je pensais à un coussin. Il s’harmoniserait avec le salon. Mais que broder ???? Un motif, bof ! pas formidable avec le fond imprimé. Subitement, une idée m’est venue, pourquoi ne pas y broder des citations ? De plus, j’aime les citations.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai glané ici et là des citations sur le même thème : Le Bonheur.  Il y avait un petit « hic »……….. Eh bien oui, il fallait les caser dans la longueur du coussin. Un point de croix par « carreau ». Il m’en faut davantage pour m’arrêter. Je me suis mise au comptage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ensuite, faire une grille. Oh la la, pas facile. Une feuille de papier quadrillé sur laquelle j’y inclurai les lettres, Quel travail !!! J’ai commencé à faire des recherches sur Internet afin de trouver un petit logiciel pour réaliser aisément et surtout plus rapidement la grille. J’ai passé quelques temps sur l’ordinateur. J’ai fini par dénicher un petit logiciel gratuit. Bon, les caractères sont un peu limités (eh bien oui, c’est gratuit, il ne faut pas être trop exigeante). www.stitchpoint.com (caractère Sienna) celui du coussin. Très facile d’utilisation. Le quadrillage se forme au fur et à mesure que vous tapez votre texte. Il ne reste plus qu’à l’imprimer. Dans un prochain article, je vous fournirai d’autres liens.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA modèle feuillagr

Désolée, je ne me souviens plus sur quel blog j’ai pris cette frise. (Si elle appartient à l’une d’entre vous, veuillez me le signaler, je ferai un lien).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai utilisé le coton DMC  « Color variations« . Une pampille avec des perles dans les ton de la broderie, une coccinelle en bois pour achever le coussin.

49789982

BAGUETTES « MAISON »

Savez-vous qu’il  n’est pas utile de posséder une machine à pain pour faire du pain « maison ».

Il y a quelques années, j’ai fait l’acquisition de cette machine « très à la mode ».
J’y fais le pétrissage, le levage mais pas la cuisson que je ne trouve pas formidable,
aussi, j’ai fait l’acquisition d’une plaque spéciale baguettes pour faire la cuisson au four traditionnel.

Il y a quelques mois, j’ai découvert une recette de pain sans pétrissage…..
d’une facilité déconcertante, un jeu d’enfant !!!!

Au début, j’étais sceptique quant au résultat final.

Je me suis donc lancée, cette recette venant du site chefnini , site sur lequel je me rends très souvent.
Un site truffé de recettes succulentes, de conseils et d’astuces.
Allez y faire un tour, vous ne pourrez résister à vous mettre devant
vos fourneaux.

Bon, tout en lisant l’article, vous devez penser :  Il est question d’une recette de pain, l’on s’éloigne du sujet…….
Rassurez-vous j’y arrive.

Je commence par la fin, c’est contraire à mes habitudes.

Avant de vous donner la recette « Enfin », je voulais que vous voyez le résultat final, histoire de vous donner
envie de vous lancer.

Qu’en pensez-vous ? De belles baguettes dorées, juste comme il faut.
Je suis sûre qu’elles vous tentent. Je me trompe ????

photo 50.jpg BIS

Je ne vous fais pas languir plus longtemps.

Pour 4 petites baguettes :

  • 375 g de farine T65 (je l’achète chez les 3 mousquetaires, vous voyez l’enseigne…………)
    Ils ont de la farine T65 Bio de surcroît à leur marque pour 1 euro le kilo).
  • 30 cl d’eau tiède
  • 1 sachet de levure de boulanger déshydratée
  • 1/3 cuillère à soupe de sel fin

Versez dans un saladier la farine, la levure, le sel fin. Ajoutez l’eau.

Mélangez à la spatule jusqu’à obtenir une pâte homogène.

PHOTO 10 BIS

Couvrez le saladier d’un linge et laissez la pâte à température ambiante pendant 2-3 heures.
Elle doit avoir doublé de volume.

photo 20.jpg BIS
Farinez un plan de travail et versez la pâte. Utilisez une corne ou une spatule pour vous faciliter la tâche,
farinez votre pâte car elle est très collante.

photo 30.jpg BIS

Divisez-la comme vous le souhaitez, en boules pour faire des petits pains par exemple.
Pour ma part, je divise en 4.
Placez soit sur une plaque à pâtisserie recouverte d’une feuille de papier sulfurisé ou directement
dans la plaque à baguettes.
Réalisez des entailles avec un couteau bien aiguisé.

Inutile de laissez lever de nouveau avant la cuisson. Le temps de préchauffage du four suffit, les baguettes gonflent lors de la cuisson.

photo 40.jpg BIS

Placez une lèche-frite remplie d’eau tout en bas de votre four et faites chauffer à 180°c (th6)
pour un four à chaleur tournante.

Enfournez et laissez cuire de 20 à 25 minutes, selon que l’on aime le pain juste doré ou bien cuit.

Image du Blog chezfannyandco.centerblog.net

FLEURS D’AVRIL

montage 1 pour blog

FLEURS D’AVRIL

                                                                                Le bouvreuil a sifflé dans l’aubépine blanche ;

                                                                                Les ramiers, deux à deux, ont au loin roucoulé,

                                                                                Et les petits muguets, qui sous bois ont perlé,

                                                                                Embaument les ravins où bleuit la pervenche.

                                                             

           Sous les vieux hêtres verts, dans un frais demi-jour,

                                                                               Les heureux de vingt ans, les mains entrelacées,

                                                                               Echangent, tout rêveurs, des trésors de pensées

                                                                               Dans un mystérieux et long baiser d’amour.

                                                   

   Les beaux enfants naïfs, trop ingénus encore

                                                                             Pour comprendre la vie et ses enchantements,

                                                                            Sont émus en plein cœur de chauds pressentiments,

                                                                               Comme aux rayons d’avril les fleurs avant d’éclore.

                                                                                              

                                                                                Et l’homme ancien qui songe aux printemps d’autrefois,

                                                                                Oubliant pour un jour le nombre des années,

                                                                                Ecoute la voix d’or des heures fortunées

                                                                                Et va silencieux en pleurant sous les bois.

                                                                                                                                    

                             André Lemoyne (1822-1907)

                                                                                                          Recueil : Les charmeuses (1864)

1...34567...80

PETIT HARRY |
Famille Ribert |
La boutique de Lili |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les habits de Sophie
| Le monde d'Alban
| valentine dans son foyer